embodied souls

let insufferable loneliness
be a wake up call
if you feel alone,
is it possible that
your exaltation
is limited?

if you can blow your mind
through the roof
and connect to what
we’re all a part of,

can you also blow your heart
through the walls
and connect to what
we’re all living?

let insufferable loneliness
be a wake up call

arise

for, waking up
is not to die
but to transcend
our imagined separation.

we are surrounded by
embodied souls;
may the felt knowing
of oneness
not be limited
to inner work.

you may
also want
to read…

toroidal ekstasis

toroidal ekstasis

“The torus is a multidimensional geometric figure that lies at the heart of all space-time. The torus demonstrates the universal laws of energy dynamics based on torque and spiralling forces. At one end of the torus is the black hole, representing the yin pole that...

read more
Life As Ceremony

Life As Ceremony

“Pain comes with life, closely accompanied by our “solutions” to it, most of which are all about getting away from it, whether through alcoholic, narcotic, erotic, intellectual, material, egoistical, or spiritual means. The fact that these “solutions,” despite their...

read more

solstice outro

Awakening. Enlightenment. Higher and higher levels of consciousness. Seeking the light. Becoming the light. Being the light. Going beyond the light. Receiving transmission. Giving transmission. Sitting at the feet of the guru. Excitement. The guru must know. Burning incense. Reading spiritual books. Chanting. Meditating. Doing yoga. Liberating the inner child. Getting there, getting there. Discovering the true self. Transcending the ego. Going beyond mind. Sending. Descending. I sending again. Opening Chacras. Attaining unimaginable powers. Miracles. Mysterious happenings. Insight upon insight. Being human. Nonhuman. Trans human. Met a human. Going beyond to duality. Going beyond going beyond duality. Going beyond “going beyond going beyond”. Who goes beyond? Seeing the nonexistence of ‘I’. The source of Self. Who sees? Who asks?
Stop, friend. Breathe.
Your elderly father’s hand brushes against yours as you walk together through the park.      Never to be repeated, a moment.
Contact. And insurrection.
   Be here, it whispers. You get this only once. Be here.

-Jeff Foster

“Let’s go,” you said, tugging at my shirt.
“Let go,” I said, standing still.

When I first breathed you, your human body was anything but an empty vessel. Yet, in very short order, you spoke of integrating nearly all the medicines at hand. The conundrum—the mindfuck—of duality compelled you to the nth degree.

“Breath is life”
“Life lives us”
“We’re the medicine”
Ole, have you integrated this life?
This human-ness?
Human
Humane—and what a mane it was at times!
A lion’s mane
No tropics, but
Streets of Montréal
Bicycles in Mexico City
Forested Catskills of New York
Maria Sabina criss-crossing southern Norway….
____

Ole, you saw something in me that I was reluctant to see in myself. So persistently, so incessantly, you coaxed it out of me.

You, my mirror charmer.
You had me at “love-thyself.”

To love you as much as you loved me was your guidance toward loving myself even more.
I thank you, thank you, thank you, thank you, thank you.
____

And, you were also reaching out.

You, human, man, who have left your peaceful mark on so MANy, were transitioning from being constantly enrolled to enrolling others. At first, you cringed at the word leadership. Embody the toroidal field, I implored: your reaching out will also be reaching in. You were
a student of a-waking,
(your body often shaking)
an elder in the making
yes, that’s right, a king.
____

“There’s more,” you said.
“What’s the rush?” I replied. “There’ll always be more.
Besides, isn’t this enough?”

Enigmatic only by your own design
of constantly evolving paradigms
the hiss of the word blissssssss, full
of so much choice
and a growing voice
stillness to noise
and back again
to the All
the One
the Only
so many, yet
so l[One]ly

You embodied the etymology of human expression.

verbal
vocal
primal
prime
p-rhyme
no mime
more meaning
than meme-ing
Your wordPLAY was nothing less than a key to the collective gene-i-Us

As gene-rous and gracious as you were, you were also insatiable. Not in a wild way (?), but resolute.
Absolute.
Nothing moot.
The only word lacking in enacting was maybe, maybe, maybe:

Root.
____

“I’ll do it alone,” you said.
“I know,” I said. “There’s nothing I can do about that.”

And so it was: a solstice outro.

Ole, may you be blissed.

you may
also want
to read…

toroidal ekstasis

toroidal ekstasis

“The torus is a multidimensional geometric figure that lies at the heart of all space-time. The torus demonstrates the universal laws of energy dynamics based on torque and spiralling forces. At one end of the torus is the black hole, representing the yin pole that...

read more
Life As Ceremony

Life As Ceremony

“Pain comes with life, closely accompanied by our “solutions” to it, most of which are all about getting away from it, whether through alcoholic, narcotic, erotic, intellectual, material, egoistical, or spiritual means. The fact that these “solutions,” despite their...

read more

en toute allégresse

“[La Source] n’est pas objet; c’est quelque chose de radical, éternellement présent, et donc ce n’est pas quelque chose qui vous apparaîtra comme le ferait un roc, une image, une idée, un sentiment, une notion, un nuage lumineux, une vision intense ou alors une sensation de grande félicité. Ces choses sont intéressantes, mais ce sont des objets. Et c’est exactement ce que [la Source] n’est pas.”

Ken Wilber

 

Essence : 1) substance volatile ou composante inhérente à un tout; 2) composante ou dérivé présentés dans une forme concentrée et auxquels on attribue certaines propriétés spécifiques (comme pour une plante ou un médicament); aussi, concoction d’une telle essence ou de son substitut synthétique.

Esprit : 1) principe vital qui donnerait vie aux organismes physiques; 2) être ou essence surnaturels, par exemple « esprit saint » ou « âme ».

Bufo : de bufo alvarius (nom taxonomique de ce crapaud du désert de Sonora); mot souvent utilisé pour désigner la sécrétion de cet animal. Autres désignations: sapo ou toad (à ne pas confondre avec rana ou frog).

5 (five) : tiré du nom du composé moléculaire 5-Me0-DMT, aussi appelé molécule divine, 5-Me0, jaguar, soma ou five… Cette molécule est généralement synthétisée, mais l’extraction à partir de certaines plantes est aussi possible.

Que ce soit sous sa forme sécrétoire ou sous sa forme synthétisée, cette substance peut également être considérée comme une médecine ou un sacrement.

Chronologie brève et incomplète de leur usage contemporain

La molécule fut synthétisée pour la première fois en 1937 mais l’usage qui est aujourd’hui fait du bufo (insufflation, vaporisation) remonte aux années 60. (Cette présentation des origines de bufo est très lacunaire; cliquez ici pour accéder à une ligne du temps plus complète). De façon générale, la substance et son usage ont reçu très peu de publicité, et les informations la concernant ne furent que très peu diffusées. On n’entendait que très peu parler de bufo ou de 5, même si certaines figures importantes du mouvement psychédélique étaient au courant de son existence. Ralph Metzner, professeur au CIIS, propose une rétrospective de l’usage de bufo et 5 à travers les années 70, 80 et 90 dans The Toad and the Jaguar (2013); Sasha Shulgin fait état de ses expérimentations avec 5 dans son livre TIHKAL (1997); en 2005, Robert Augustus Masters propose le premier rapport écrit d’une expérience d’intégration extraordinairement difficile avec 5; en 2006, Stan Grof relate brièvement sa première expérience avec 5 (des décennies plus tôt) dans When the Impossible Happens; James Oroc publie Tryptamine Palace en 2009; Terrence McKenna a également parlé de bufo à quelques reprises… Mais en dehors de ces quelques mentions éparses, l’usage de 5 (et c’est encore plus vrai pour bufo) fut à peu près absent du discours entourant les psychédéliques.

Les choses ont commencé à changer au début des années 2010, quand deux personnes ont décidé de profiter de la tribune que leur offrait internet pour informer une large communauté de leur intention d’offrir 5 à quiconque se montrerait intéressé. Ces deux personnes sont du Mexique, et j’appelle ce point tournant The Mexican Wave.

Cette vague a atteint une ampleur sans précédent, et le phénomène a contribué à faire connaître bufo (et, par conséquent, 5) de façon plus étendue. Grâce à la Vague mexicaine, on découvre le potentiel de cette molécule, et cette découverte s’accompagne d’une sorte d’éveil.

Mais sans plus de digression, permettez-moi d’entrer dans le vif du sujet de cette chronique.

Esprit vs Essence

Y a-t-il une différence entre bufo et 5?
Si 5 est un extrait de bufo, comment devons-nous le considérer?

Le terme « bufo » est en fait inapproprié, car bufo est un genre qui désigne en réalité toutes les créatures que nous appelons « crapauds », alors que « alvarius » est le nom de l’espèce spécifique qui nous intéresse ici. Parmi les centaines d’espèces qui composent le genre bufo, alvarius est le seul à sécréter la molécule 5-Me0-DMT. Dans sa forme naturelle, cette sécrétion de bufo alvarius (bufo, sapo, toad) est constituée d’un assemblage d’autres ingrédients, dont aucun n’est psychoactif. C’est donc 5-Me0-DMT qui fait de la sécrétion de bufo une substance unique: aucune autre créature ne fabrique cette molécule.

Subséquemment, 5 est la composante essentielle de la substance que nous appelons bufo. Si l’esprit de bufo est contenue dans sa sécrétion, son essence est contenue dans la molécule 5-Me0-DMT. La substance — précieuse offrande de la nature, assurément—  renferme son essence. Mais la principale raison qui m’empêche de souscrire à l’idée selon laquelle bufo (la sécrétion) est l’essence de l’animal est la suivante: 5 produit le même effet.

Par ailleurs, si 5 n’était pas une composante de bufo, personne ne serait intéressé à en fumer. Son « esprit » (comme l’esprit des ses centaines d’espèces cousines) ne serait pas apprécié et révéré comme il l’est aujourd’hui. De fait, aucune autre sécrétion de crapaud n’est appelé « médecine ».

Est-ce vrai, me demande-t-on? Et qu’en est-il de l’apport des autres composantes présentes dans la sécrétion de bufo? Ne jouent-elles pas un rôle dans l’effet produit? La chose demeure pour l’instant invérifiable et, pour en juger, nous devons nous fier à notre expérience subjective. Pour l’heure, nous pouvons en tout cas nous rallier de nouveau à ce constat: personne ne fumerait bufo s’il n’y avait pas de 5 dedans.

 

5 est esentiel. 5 est l’essence.

Quintessence : 1) ce qu’il y a de principal, d’essentiel dans une chose; 2) selon certaines philosophies médiévales, c’est le plus élevé des cinq éléments; celui-ci imprègne tout le monde naturel, il est aussi la substance qui compose les corps célestes.

Prenons le café par exemple. On consomme généralement le café parce qu’il contient de la caféine. La caféine n’est pas la seule composante de ce que nous appelons « café », mais c’est pourtant à cause d’elle que nous buvons du café. Fumer bufo sans son essence serait comparable à boire du café décaféiné. On pourrait alors parler de bufo dé-5-isé. Boire un succédané de café, la chicorée par exemple, serait alors comparable à fumer la sécrétion d’une autre espèce de crapaud. Il y aura un esprit, car la chicorée a sûrement un esprit, mais il n’y aura pas la chose essentielle que nous recherchons. Suivant cette idée, la caféine est l’essence du café.

Un très grand nombre de personnes relatent un nombre très varié de choses en rapport avec leur expérience avec bufo, et il en va de même pour 5. À la lumière de ces témoignages, je suggère qu’il est impossible de savoir, en toute objectivité, si l’assemblage des molécules qui composent l’esprit ajoute quoi que ce soit à l’expérience qu’induit son essence (5). S’il y a une différence, celle-ci est marginale, périphérique, et surtout non-essentielle.

Votre expérience subjective constitue votre vérité individuelle. Ma supposition est que la vérité individuelle évolue de multiples façons au cours d’une vie. Cette évolution concernerait-elle aussi notre façon d’appréhender ce qui est essentiel?  Chose sûre, que ce soit avec bufo ou avec 5, il ne manque rien.
Tout.
Est.
Là.

Qu’est ce qui caractérise cette essence ?

Essence : emprunt au latin classique essentia, « fait d’être ».

L’unique fonction de 5-Me0-DMT est de révéler efficacement la source de Tout. Tout, mais tout quoi? Et bien, Tout. Même rien…

Les sagesses les plus consistantes et les plus probantes (le Taoïsme, les textes védiques, Mooji, Rupert Spira etc.) semblent trouver un écho direct dans l’expérience de totalité et d’unité qu’offre 5. Mais ces mots (« non-dualité », « singularité ») échouent parfois à rendre compte de la Réalité qu’ils désignent. C’est pourquoi j’utilise souvent le mot « Source » pour souligner cette idée selon laquelle tout binarisme, toutes polarités, toutes dualités ont une Source. Cette Source ne peut qu’être Un. Le mot « Esprit » (avec un « E » majuscule) est parfois utilisé à la place de « Source », comme le prétend Ken Wilber, penseur moderne s’intéressant à la non-dualité:

« En effet, l’incommunicable — qui est pourtant, paradoxalement, immensément compréhensible — se voit désigné par plusieurs noms et plusieurs mots; c’est que les humains n’ont jamais cessé d’essayer de le nommer. »
— Ken Wilber

En effleurant cet immense sujet, mon but est de souligner le fait que 5-Me0-DMT semble être le seul à posséder la caractéristique suivante: il révèle cet Un — cette Source de Tout — de manière si efficace que nous sommes forcés de penser qu’il s’agit là de son ultime raison d’être.

Si la Source du Tout est en effet révélée autant par bufo que par 5, alors nous pourrions dire que l’esprit n’est pas indispensable à la révélation qu’il permet. L’esprit — dans le cas présent, l’assemblage des composantes qui constituent bufo — est non-essentiel.

Mais alors, qu’est-ce qui est essentiel? 
Est-ce que la « peak experience »  est le modus operandi de 5-Me0-DMT?
Cette question me paraît… essentielle.

À suivre…

 

vous voudrez peut-être lire…

s’entraîner à mourir

s’entraîner à mourir

"Bien mourir c’est permettre au souffle de faire irruption en soi C’est laisser le mouvement devenir pur jeu et accepter d’être rempli par une chaleur vibrante par un repos pénétré de clarté L’ange de la mort invite à une vie exempte de toute résistance."Qu’est-ce qui...

read more